Général BRULE

Témoignage du général Brûlé (1990-1992)


Au moment où je prenais mon commandement, le 24 août 1990, la 11 ème Division Parachutiste recevait la mission d'envoyer un escadron blindé aux Emirats Arabes Unis. Le 15 septembre, le Président de la République décidait la participation de la France à la défense du Royaume Uni d'Arabie Saoudite par la projection d'un contingent de la Force d'Action Rapide.

Ainsi débutait une période intense de préparation opérationnelle, d'activités de toutes natures, riche d'en­seignements, de solidarité, de craintes et aussi d'émotions. La Guerre du Golfe se préparait.

Le 14 ème R.P.C.S., dès lors, comme la 11 ème D.P., comme la F.A.R., comme l'ensemble de l'armée de terre était tendu de toutes ses forces pour le succès de l'opération DAGUET.

Dans cette guerre, comme dans les interventions extérieures qui se sont succédées pendant ces deux années, le 14 ème R.P.C.S. a fait preuve de sa capacité à agir efficacement, partout, dans des conditions difficiles.

Ce fut d'abord le mérite de l'état-major du régiment, particulièrement actif et exercé, qui a conçu et conduit toutes les mises sur pied d'éléments de soutien, de commandement, ou de transmissions. Ce fut l'action des capitaines, celle de toutes les unités élémentaires, des antennes médicale et chirurgicale, bien entraînées à soutenir les régiments de la 11 ème D.P. Leur capacité à soutenir d'autres éléments interarmes pro­venant de l'ensemble de l'armée de terre, fut confortée et largement reconnue.

Par les exercices dans lesquels le régiment a été impliqué, par sa participation aux interventions exté­rieures, par ses activités de soutien au quotidien, et par le comportement de ses hommes, le 14 ème R.P.C.S. a forcé incontestablement l'admiration au sein de la division parachutiste et acquis l'estime des Toulousains.

Il est délicat de dresser la liste de tous les théâtres d'opérations, sur lesquels, sous mon commandement, ses unités ont eu à intervenir tellement de nombreuses crises ont secoué le monde à cette période-là. Si DAGUET a marqué les mémoires, on n'oubliera pas l'opération LIBAGE au Kurdistan, ni les missions exté­rieures en Afrique ou au Moyen-Orient ni les missions dans le cadre de l'ONU au Cambodge puis dans les Balkans, où de nombreux officiers, sous-officiers et parachutistes ont porté avec fierté l'insigne du « Brave 14 ». On ne peut oublier non plus, le grand professionnalisme et les qualités exceptionnelles des parachu­tistes au moral d'acier qui ont toujours su donner dans ces moments-là, le meilleur d'eux-mêmes, et obtenir le maximum des matériels complexes qu'ils devaient mettre en œuvre.

Outre cette capacité de projection, et ses exceptionnelles aptitudes au soutien de groupements de forces interarmes, le 14 ème R.P.C.S. a aussi montré pendant ces deux années la souplesse et la continuité de son commandement, la réactivité de ses structures et la volonté de ses hommes pour faire face à des réadapta­tions permanentes générées par un nombre important de missions, consécutives, simultanées et parfois inopinées. Au plan de l'entraînement opérationnel, il démontrait aussi son aptitude à s'engager en vraie gran­deur dans sa configuration de base divisionnaire déployée en zone urbaine, dans le Nord de l'agglomération de Toulouse, lors de l'exercice ATLAS en 1991.

Ayant déjà intégré la 2 ème Compagnie du Matériel Parachutiste en 1990, il augmentait encore sa puissance à l'été 1991 en accueillant l'Escadron de Circulation et de Transport du 7 ème R.P.C.S. dissous cette année-là, la 7 ème Antenne Chirurgicale Parachutiste et pour quelques mois, plusieurs parachutistes transmetteurs des Troupes de marine. Ce fut aussi le moment de la constitution d'une équipe de C.R.A.P. (commandos de recherche et d'action dans la profondeur) spécialisée dans le soutien et les transmissions du commandement des C.R.A.P. de la 11 ème DP. Une occasion et une manière nouvelle de renforcer la capacité opérationnelle du régiment.

Aujourd'hui, alors que le 14 ème R.P.C.S. s'apprête à disparaître, en ayant brillamment accompli les missions qui lui ont été commandées, il peut être particulièrement fier de l'action accomplie par ses hommes au service de la paix, et pour le succès des armes de la France.