Général IBOS

Témoignage du général Ibos (1981-1983)


Porter témoignage d'une tranche de vie du «Brave 14», quinze ans après en avoir quitté le commandement, n'est pas un exercice facile en quelques lignes lorsque les souvenirs abondent et que l'on voudrait rendre hommage à tous les compagnons de route, collaborateurs actifs de tous grades.

Fin août 81, le Régiment regroupé à Toulouse depuis à peine deux mois, à l'exception du G.LR.M. resté à Tarbes, s'installe dans des nouveaux cantonnements, trois commandants d'unité sur cinq viennent de prendre leur commandement. L'O.S.A. vient de prendre des fonctions, les présidents des lieutenants et des sous-officiers sont désignés par leurs pairs début septembre.

C'est donc, une équipe nouvelle qui doit montrer au Général Schmitt, nouveau commandant de la 11 ème DP. et à son état-major que le « 14 » saura régler ses problèmes internes tout en continuant à fournir des prestations de qualité.

Le colonel Colot m'a transmis un Régiment composé de belles unités élémentaires, de cadres et parachutistes bien dans leur peau, pleins de pétrole... et d'idées prêts à suivre leur nouveau chef. Charge à moi d'honorer cette confiance, de revoir et peaufiner les réglages de cette « belle machine » constituée d'ensembles et sous ensembles habitués pour certains à une indépendance de fait depuis plusieurs années.

C'est ce que je vais faire de 81 à 83 en portant mon effort en priorité sur l'aspect humain du problème, sur le développement de la cohésion et de l'esprit de corps en ancrant mon action sur les traditions passées, récentes et présentes du « Brave 14 » des bandes du Forez-Béarn à nos jours.

D'entrée tout en poursuivant son installation le Régiment montre et confirme son savoir faire lors de deux rendez-vous divisionnaires majeurs :

l'exercice franco-allemand Colibri dans la région de Rivesaltes auquel participent toutes les unités y compris l'AMP mise sur pied et en œuvre pour la première fois ; les présentations dynamiques de la 11e O.P. à l'I.H.E.D.N. à Caylus où la C.T.P. assure toutes les liaisons et l'E.C.Q.G. un service restauration de grande classe pour plus de trois cents personnes.

La réussite de ces deux missions, la qualité des prestations fournies dans ce cadre et lors des présentations du Régiment au Général commandant la 4e R.M. et au Général Schmitt restaurent ou instaurent des relations de confiance qui perdureront et permettront de régler ultérieurement certains problèmes particuliers au mieux de ses intérêts entre autre lors de la révision à la hausse du budget vie courante début 83.

Débutant par une relève de cadres importante en mission extérieure au Liban, les rendez-vous majeurs et inspections évoquées précédemment, le dernier trimestre 81 sera consacré à mon niveau essentiellement à : la normalisation et à la formalisation du fonctionnement interne du Régiment regroupé dans les domaines du service intérieur, de l'administration générale, de la formation et de l'entraînement des cadres et unités ; l'affirmation d'une entité régimentaire parachutiste et du respect maintenu et mis en valeur de la spécificité et du passé de chaque unité.

Grâce à l'engagement personnel des commandants d'unité, des présidents de catégories et de certains chefs de service et au travail de tous, le « Brave 14 » retrouve son équilibre et un début de cohésion dès la fin 81.

Cette dernière se développera au fil des mois au sein du régiment et de ses détachements en mission extérieure au Liban et en Afrique.

La création de l'ordre de la Casquette par le président des lieutenants, la commémoration de l'anniversaire de la bataille d'Eylau, le pavoisement de la place d'armes aux couleurs du Forez-Béarn, le rassemblement en octobre 82 des anciens ayant servi dans les formations aéroportées des armées constituant le 14 ajoutés à la célébration de la Saint Michel et des saints patrons des unités viendront alimenter et renforcer la cohésion et l'esprit de corps.

Ces vingt quatre mois vont passer très vite à un rythme soutenu avec une participation importante des cadres aux missions extérieures, deux exercices majeurs dans la région de Sarrebriick en 82 avec l'E.M./11e D.P. et l'exercice Frégate en 83 aux abords de Toulouse toutes occasions de réaliser des déploiements logistiques ; de nombreuses inspections, le soutien de toutes les activités divisionnaires.

Fin août 83 arrivera trop vite à mon goût, c'est avec tristesse que je quitterai mes compagnons de route à qui je veux rendre hommage aujourd'hui encore ; mais c'est avec fierté que je laisserai au colonel Ribière un régiment estimé par toute la 11e D.P. faisant honneur au corps des parachutistes et aux armes d'appartenance, un régiment qui aura inscrit une page d'histoire digne de tous les anciens du «Brave 14» des bandes du Forez-Béarn à nos jours.